AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Trouble in the city (Journal de Kaori)

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaori

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 18/03/2012

MessageSujet: Trouble in the city (Journal de Kaori)   Dim 18 Mar - 13:20

Journal d'une Ookami turbulante




Moi:

Nom: /

Prénom: Kaori

Age: 21 ans

Maître: Aucun

Mon aventure:

Rp(s) en cours:

Sous les branches d’un arbre [PV Shun Kean]

Rps finis:

Aucun pour l'instant

Rps abandonnés:

Aucun pour l'instant

Ma vie:

Je suis née un jour d’automne à Ciężkowice en Pologne. D’une mère institutrice ookami à l’école faite pour les hybrides et d’un père scientifique, Peter Bishop, son nom vous dit peut être quelque chose. Mais sûrement pas pour de bonne raison, j’en ai bien conscience. Le salaire de mon père nous permettait de vivre comme des riches, enfin si l’on puit dire. Ma mère n’aimait pas l’idée que nous nous embourgeoisions, nous avons donc vécu simplement. Elle a toujours voulu que ses enfants soient élevées avec des valeurs simples. Alors Nagisa ma sœur jumelle, née deux minutes avant moi, et moi, n’avons jamais été prétentieuses, nous avons appris à aimer les choses simples en fait. J’ai vécu dans cette ville jusqu’à l’âge de mes six ans, malheureusement je n’ai retenu aucun mot de cette langue, qui me fait tant envie parfois. Les recherches de mon père étaient assez spéciales, il essayait de trouver un moyen de voyager dans le temps, cela peut paraître grotesque, mais mon père essayait de découvrir comment fonctionnait notre monde. Ses recherches nous ont d’abords menés à Nagoya au Japon. Nous y avons vécu deux ans, mais mon père n’était pas très bien vu dans la section dans laquelle il travaillait. Ma mère un peu perdu par le changement a décidé qu’elle nous ferait office d’institutrice à la maison, j’ai donc reçu des cours à domicile, entre le petit déjeuner avec ses œufs au plat et le souper avec ses poissons frits et autres mets délicieux que le pays pouvait nous offrir. Au bout de deux ans, mon père a de nouveau été transféré ailleurs, dans un pays bien plus froid en Irlande, nous avons élus domicile dans un appartement de Moneygall. Agée de huit ans, j’ai commencé à découvrir le monde et à me faire des amis, ma mère continuant mon éducation. J’espérais continuer de vivre dans cette atmosphère, mais l’explosion du laboratoire de mon père ne nous a pas aidé. Nous sommes restés quatre ans là bas, mon père attendant d’être réaffecté dans un laboratoire, sur ce temps là il continuait les recherches dans le grenier de notre maison. Autant dire que je ne le voyais que très peu. Alors que la troisième année irlandaise allait se finir, ma mère est morte dans une fusillade. Alors qu’elle allait au magasin, un voleur est entré et à tirer sur tout ce qui était vivant. Mon père bien trop prit par ses études n’a pas souffert longtemps de cette disparition, alors que moi j’ai du faire face à l’absence de la seule personne qui m’entourait vraiment en dehors de ma jumelle. Nous avons fini par déménager une fois de plus cette fois pour l’Australie. Mais nous ne sommes pas restés bien longtemps en place ! Après les voyages se rapprochèrent à mesure que mon père pensait toucher à son but, l’Inde, la Chine, les Etats-Unis, l’Afrique et pour finir l’Angleterre. J’avais alors mes dix-neuf ans, papa toujours absorbé par son travail ne nous surveillait pas. Des gens sont un jour venus frapper à notre porte, déclarant à mon père qu’ils désiraient emmener ma sœur dans le meilleur pensionnat qui soit ! Etant douée et assidue elle avait toutes les chances de se voir attribuer une bourse. Je suis restée seule à la maison, me demandant sans cesse ce qu’elle allait devenir. Mon père n’a jamais changé de comportement jusqu’à sa mort. Me laissant me débrouiller seule, j’allais en cours, j’avais mes notes. Et puis j’ai quitté le secondaire pour entrer à l’université, avec la petite fortune dont j’ai hérité je me suis acheté un petit appartement. Trois fois rien, mais c’est suffisant pour vivre. Je suis les cours à l’université, je passe du temps avec d’autres hybrides rebelles et parfois des humains. J’évite au maximum les quartiers où l’on peut se faire attraper. Et je cherche ma sœur dans l’espoir de la revoir un jour, je demande à mes amis si ils ne peuvent pas trouver des renseignements à son sujet…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Trouble in the city (Journal de Kaori)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Dark City 2.10 FIN
» Journal de Hermione Blake
» Pink city
» Journal d'un archéologue [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Koneko's City :: Hors Rp :: Journal des Membres-
Sauter vers: