AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Harumi, beauté printanière un brin fannée

Aller en bas 
AuteurMessage
Harumi
Printemps déchu
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 25/03/2012

MessageSujet: Harumi, beauté printanière un brin fannée   Dim 25 Mar - 13:30

IDENTITY




Nom: Aucun
Prénom: Harumi (Beauté Printanière)
Surnom: Haru, Cherry Cola
Âge: 17 petites années
Sexe: Féminin
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
Race: Neko
Rang: Brise de printemps
Rebelle ou docile: Docile




Harumi

PHYSICAL


    Ooooh les petits coquins ils veulent savoir à quoi je ressemble! Allons bon, je vais vous faire plaisir et prendre la peine de décrire la beauté printanière alors! Tout abords je suis une jeune femme d'un mètre septante pour une soixantaine de kilos. Je ne suis donc pas trop mince ni trop enveloppée. J'ai de jolie formes, un 105C de poitrine, des hanches qui ressortent mais pas de trop quand même. Des jambes fines et élancées! On m'a souvent dit que ma silhouette pouvait être celle d'un mannequin! J'ai un teint de peau très pâle, et je dois avouer que je ne fais rien pour l'améliorer, ressembler à un cachet d'aspirine me plait je crois! J'ai des cheveux noirs légèrement bleutés mi-longs, des mèches plus longues bordent mon visage. Je trouve que ça le rend plus fin! Je dépose souvent dedans deux petites fleurs roses histoire de les rendre moins monotones. Mes sourcils sont fin et de couleur noire. Mes trains sont également fins, faisant penser aux poupées de porcelaine. Des lèvres légèrement rosies, de grands yeux mauves maquillés de noir, un tout petit nez. Voila à quoi ressemble mon visage! Pour ce qui est des vêtements je ne suis pas vraiment difficile, je mets surtout des vêtements de couleur mauve! Ma couleur favorite! Je porte un petit boléro pour cacher mes bras et mes épaules. Un bustier mauve avec des motifs floraux sur la poitrine et des lanières remontant sur ma poitrine me fait office de haut. Pour le bas je porte une mini jupe noir avec un peu de dentelle dans le bas et des chaussettes lignées noire et mauve. Des bottes rarement lassées me servent de chaussures, montant jusqu’à mi-mollet. J’ai pour seuls accessoires un ruban que je noue autour de mon cou fait du même tissu que mon boléro. Et un cache œil de couleur mauve pâle que je mets sur l’œil gauche. Car on me reproche souvent que mon regard est trop perçant, donc je limite les dégâts !

PSYCHOLOGY


    Ma psychologie vous êtes sur de vouloir en entendre parler? Parce que franchement niveau esprit complexe vous ne trouverez pas mieux ! Commençons par le positif je suppose non ? Alors disons que je suis serviable, serviable au point de me faire avoir à force de trop de gentillesse. Je suis capable d’aider et de continuer même si je n’ai rien en retour, du masochisme à l’état pur ! Ce qui fait que lorsque j’ai un problème je me débrouille toute seule, parce que je ne m’attends plus à avoir un coup de pouce vous voyez le truc ? J’aide mais je n’attends plus rien en retour ! Je suis une bonne esclave en gros ! J’ai un esprit pointu, j’analyse tout, je compare, je réfléchis avant d’agir. Une histoire de survie sans doute, c’est souvent ce qui se passe quand on doit se débrouiller tout seul. Donc oui je suis quelqu’un de posé, mon passé m’a apprit pas mal de chose et ça en fait partie. Ca évite pas mal de problème et de faire des conneries. Vous ne me verrez donc jamais faire quelque chose de dangereux ! Rassurant non ? Je suis rêveuse à l’extrême, j’aime m’oublier, oublier pourquoi j’existe ou ce que je fais tout simplement. Je m’évade, je me créé un monde où personne ne peut entrer et je le défend bec et ongle. Je me plonge dans mes pensées et c’est bon je n’ai besoin de rien d’autre. Pratique non, il ne faut pas grand-chose pour m’occuper. Je ne demande pas d’attention je n’ai jamais su ce que c’était alors je n’en demande pas ! Que vous soyez odieux ou chaleureux cela n’a aucune importance pour moi, car le soir je m’endormirai quand même seule. Je pense qu’on en arrive au point négatif. Je dois être à la limite de la misanthropie, je ne recherche pas spécialement la compagnie, même si je ne la fuis pas pour autant. Je dirais juste que j’y suis indifférente. Quelqu’un dans la même pièce que moi ne m’empêchera pas de jouer du piano ou de m’évader alors voila, je suis dans ma bulle c’est tout ! Egoïste est un autre de mes problèmes, je ne prête plus rien et je n’aime pas partager ce que je considère comme à moi. La raison ? J’ai trop prêté pour ne plus revoir après ! Et le dernier de mes défauts c’est que j’ai ce petit côté blasé de la vie, un gosse qui tombe ne me fait rien, une fête d’anniversaire pareil ! Je n’ai pas oublié ce qu’est le bonheur ou la tristesse c’est juste qu’après tout ce que j’ai vu je ne l’exprime que très peu ou alors pour faire plaisir à quelqu’un. J’ai vu la vie avec des yeux d’adulte trop tôt ce doit être ça la cause de cet air blasé que je me promène maintenant ! Dites merci à ma mère pour ça, elle vous en sera reconnaissante d’où elle est je n’en doute même pas ! L’avantage de ce défaut c’est que si vous avez un souci et que vous m’en parlez je vous sortirai tout simplement une réponse presque mathématique pour le régler !

BIOGRAPHY


    Nobody’s home, voila ce qui résume ma vie les gars! J’en suis même pas désolée, ce sont des faits rien d’autre ! J’espère que vous avez le cœur accroché, parce que personnellement j’ai même plus la force de verser une larme sur mon sort ! Enfin vous aller comprendre ! Comme mon prénom l’indique je suis née un jour de printemps, jusque là rien de spécial. Mes parents étaient des gens que l’on qualifient de normaux, et ils avaient choisit mon prénom alors que ma mère était enceinte de six moi. Ils savaient juste qu’ils allaient avoir une petite fille rien de plus. Elle était infirmière en laboratoire et côtoyait les hybrides qu’elle trouvait répugnants.

    La chose qu’elle n’avait pas prévu c’est que je viendrais au monde différente de l’enfant qu’elle désirait. Je suis née avec ce qu’on appela à l’époque des excroissances sur la tête, les médecins ne virent là dedans rien de grave, ils pensaient que ça finirait par disparaître tout simplement. Et il faut avouer que pour leur défense mes oreilles sont arrivées plus que tardivement, mais vous comprendrez ça plus tard. De ma naissance à mes dix ans la vie était belle, j’étais une enfant choyée, mes parents passaient un maximum de temps avec moi. Mon père se serait coupé un bras pour moi je pense si j’en avais eu besoin. Ma mère s’occupait de moi à longueur de temps. J’allais à l’école comme tout le monde, j’avais des amis que je voyais à l’école et à la maison. J’avais la belle vie on peut le dire, j’avais pas de quoi me plaindre en fait. J’étais brillante dans les études, mes parents envisageaient même de me faire sauter une ou deux classes histoire que j’arrête de m’ennuyer en cours. Ils étaient plus que fiers de moi.

    Puis est venu la période de la vie où votre corps change, où vous vous révélez être quelqu’un de différent, où vous prenez des formes. C’est ce qui m’est arrivé à mes douze ans. Comme toutes les filles ma poitrine est apparue, mes hanches ont grossies et mes oreilles et ma queue ont poussées. Pourquoi aussi tard ? Parce que je n’étais pas génétiquement modifiée de base, c’est dans le ventre de ma mère que tout cela s’est produit. Le jour où elle a été piquée par accident par une aiguille. Mes cellules ont juste prit le temps de se transformer tout simplement. Donc mes attributs de chats ont pointé le bout de leur nez et mes parents ont d’abords crus à une mauvaise farce. Mais les choses n’ont pas changées pour autant, au contraire tout a continué d’empirer. Pendant un mois mes parents m’ont gardée à la maison pour me faire tous les tests possibles. Il était hors de question que je sorte de la maison temps que j’aurai ces immondes choses sur ma tête !

    La rumeur commença à aller de bon train, j’étais gravement malade, j’allais mourir ou d’autres choses du genre… Puis au bout de ce mois fatidique ma mère et mon mère prirent la décision qui changea radicalement ma vie. Ils me jetèrent dehors une nuit avec pour seule bagage un sac contenant quelques vêtements. A douze ans la vie n’a aucun sens et se retrouver sans rien dans la rue, c’est la pire des choses qui puisse vous arriver ! Ma première réaction a été de pleurer et de gratter à leur porte pour qu’ils me reprennent, mais la réponse a été cinglante, je n’avais pas ma place dans leur belle famille. Je n’avais jamais existé, j’étais morte de cette maladie que tout le monde m’avait attribuée avec plaisir. En pleine nuit j’ai d’abords trouvé refuge sous un arbre dans un parc et dès le lendemain j’ai traversé la ville dans le but d’aller voir la famille que je connaissais. J’ai frappé chez ceux que j’appelais avant mes grands parents, j’ai été jetée. Mon oncle, ma tante, mes cousins… Le résultat était partout le même. Nobody’s home donc… J’ai passé près d’un an de ma vie à chercher par tous les moyens de garder un contact avec ceux dont je portais le nom, en vain.

    J’ai donc fini par accepter mon sort comme je le pouvais. J’avais treize ans, je semblais maigrichonne et dérisoire comparé aux gens que je croisais dans la rue. J’ai fini par rencontrer d’autres hybrides, pas très nets il faut l’avouer. Mais eux voulaient bien de moi et ne me jugeaient pas sur mon physique. Avec eux j’ai appris à voler, à me battre, j’ai appris à défendre les miens et mon territoire aussi petit était il au départ. La foi j’ai oublié ce que c’était je ne croyais plus qu’en moi, c’était la règle numéro un dans la bande. Croire en soi et se battre pour soi, même si on était plutôt solidaire ! Si l’un de nous se faisait ennuyer c’était tout la bande qui finissait par attaquer. Et avec les bandes rivales du quartier c’était monnaie courante.

    L’année de mes quinze ans on m’a jugée assez intégrée pour me confier des petits boulots et me faire découvrir un autre côté du miroir. Je sortais tous les soirs, je surveillais les lieux que nous occupions, je buvais, je fumais et j’ai découvert pas mal de drogue aussi cette année là. Y a pas à dire pendant deux ans je me suis sentie aussi légère qu’un papillon, même si mes ailes étaient déchirées je m’en foutais il y avait pas qu’elles qui l’étaient si vous voyez ce que je veux dire. J’avais tout ce que je voulais en claquant des doigts, je flirtais avec le chef de la bande, avec d’autres gars sans jamais rien leur donner. C’était à la fois innocent et malsain ! Mais ça fonctionnait, j’étais protégée, et j’avais ce que je voulais ! C'est-à-dire assez d’alcool pour noyer mon chagrin que je réprimais comme la dernière des merdes et de la drogue pour me créer un imaginaire débordant où tout allait selon mes règles et pas celles des humains.

    J’ai troqué mes vêtements d’enfant sage pour un perfecto, des bas et des chaussettes hauts en couleur et troués, des jupes de plus en plus courtes et de plus en plus significatives de mon état d’esprit, des hauts moulants ou décolletés. Dans la foulée j’ai coupé mes cheveux dans les toilettes d’une station service alors qu’on était sur la route, de façon brouillonne pour arriver au résultat actuel. Je me suis faite tatouée un as de pique entre le pouce et l’index prouvant ainsi que je n’étais plus une recrue ! J’était Harumi et quand on parlait de moi c’était avec respect. Même si mon allure donnait plus de raison de parler de moi comme un vulgaire déchet. Je me traînais plus qu’autre chose ! Je vivais une vie sur fond de rock !

    Traversant parfois les villes pendant des jours pour nous fournir ou pour aller voir un ami qui se produisait en concert dans un bled totalement perdu ! Mais je m’en foutais, j’avais une famille ! Elle n’était pas exemplaire, mais voila, au moins j’avais des gens autour de moi tout simplement ! Au début de l’année de mes dix-sept ans j’ai pris une dose un peu trop forte pour moi et j’ai tourné de l’œil ! Mon copain du moment Nathan m’a vu baigner dans mon vomi pendant deux heures, tremblante et délirant. J’aurai pu mourir à cause de ce crétin ! C’est finalement une autre fille de la bande qui m’a amenée aux urgences pour qu’on me nettoie l’estomac et qu’on essaye de me retaper comme on le pouvait.

    Je suis restée en tout et pour tout trois jours dans cet hôpital et personne, pas même Nathan, n’a pointé le bout de son nez. Au départ je ne leur en ai pas voulu, je savais que la règle était d’éviter un maximum les humains, mais au bout du troisième jour ma vision à changée. On m’a annoncée que comme personne n’était venu me réclamer ils étaient en droit de m’amener à l’animalerie, où soit disant je trouverai un maître pour s’occuper de moi. J’ai protesté en expliquant qu’on viendrait forcément me chercher, mais personne n’est venu. Le soir même on me prenait par le bras, mes mains étant enfoncées profondément dans les poches de mon perfecto, serrant dans une mon paquet de cigarette dans l’autre un pendentif en forme de cœur. Voila maintenant six mois que je me traîne dans cette boutique sordide et qui ne mérite pas le nom d’animalerie si vous voulez mon avis. Ma seule drogue maintenant c’est la cigarette et l’espoir d’une liberté proche !

YOU


    Prénom ou Surnom: Elfy
    Âge: 20 ans
    Passion: photographie, rp
    Comment avez-vous trouvé le forum? en le créant
    Idée pour l'améliorer: que les membres me donnent des idées
    Code: Forcément validé par Reïra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïra
Déesse en tenue de cuir
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 16/03/2012

MessageSujet: Re: Harumi, beauté printanière un brin fannée   Dim 25 Mar - 14:43

Histoire triste
Perso spécial
Tu es Validée!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://konekoscity.forumgratuit.be
 
Harumi, beauté printanière un brin fannée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce n'est pas la beauté de la femme qui ensorcelle, mais sa noblesse
» La beauté n'attend pas... [2 filles recquises]
» "Il y a pas de lumière sans clarté, pas de beauté sans bonté" - Sara Ebstein
» Un brin de n'importe quoi ?
» [Mission - Rang B]Beautés Fatales[Coop - PV : Seki Raiken]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Koneko's City :: Présentations :: Présentations des Hybrides :: Présentations Validées-
Sauter vers: